Un été en 36 poses

cover

Cet Ă©tĂ©, j’ai laissĂ© mon Fuji Ă  la maison. Cela fait plusieurs mois que dans mon sac, je retrouve plus de Portra 400 que de cartes SD. Je me suis dit, pour nos vacances, ralenti, soi prĂ©sent et profite. Un peu avant l'Ă©tĂ©, j’ai investi dans un point & shoot. Je voulais quelque chose de facile, quelque chose qui tienne dans la poche. J’ai trouvĂ© mon bonheur sur les ateliers de Marinette, petite boutique vintage installĂ©e Ă  Lyon mais aussi dans les cĂ©lĂšbres internets. Mes oeufs se battent pour de l’espace avec des pellicules 35mm maintenant. Dans ma poche, un olympus XA.

DĂ©but juillet, on part en direction des Vosges, que nous n’atteindrons jamais. Calmement, je documente notre petit road trip armĂ© de ce 35mm qui est incroyablement simple et discret. Je surexpose mon portra 400 en l’exposant comme du 200, comme lu en ligne. Au retour, j’envoie impatiemment les pellicules chez Nation Photo, je reçois une photo d’un ami quand il reçoit l’enveloppe. Une semaine plus tard, un email avec un lien WeTransfer. Je tĂ©lĂ©charge les photos et les regarde. Quel plaisir de revivre ces moments quelques semaines aprĂšs.

Je continuerai Ă  ne capturer des instants que sur de la pellicule tout le reste de l'Ă©tĂ©. Entre la visite des amis et de la famille, un peu d’iPhone et quelques shots au Fuji quand mĂȘme. Cela me mĂšne Ă  me poser des questions sur l’utilitĂ© future de cet appareil sophistiquĂ© qui prend trop de place et un peu la poussiĂšre. Je rĂ©duit mon kit, rĂ©flĂ©chis encore. Je pense bien le vendre bientĂŽt, repasser Ă  un setup plus minime. Une photographie plus lente, moins parfaite. Moins de pression que je me mettais moi-mĂȘme. Une rĂ©invention personnelle. Je me revois avec mon Fuji X100 dans les rues de San Francisco. Un kit totalement minimal.

Je dĂ©couvre la chaĂźne Youtube de Matt Day qui parle de “Document your life”. Cela colle complĂštement Ă  mon approche. Je dĂ©couvre Kevin Russ et adore son approche. Voir ce qu’il fait de photos Ă  l’iPhone, c’est juste magique. Je tombe sur les visions nomades de Ryan Tatar au Leica M6 et je suis envoutĂ© par son approche. Et je me souviens de ce cĂŽtĂ© nostalgique de la photo, de ces couleurs, de ce grain. C’est sĂ»r, cette expĂ©rience va se poursuivre.

Partagez moi vos photos préférées de l'été.

📾 journal ✧ 2 septembre 2020

Un peu de lecture salée

J’adore lire. Je voyage beaucoup par la simple lecture. Je me motive Ă  faire et me surpasser rien qu’en lisant. J’ai lu de chouettes livres sur le surf avant de m’y mettre. Ces livres m’ont poussĂ© Ă  l’eau. Je me suis dit que vous faire une petite note sur deux de mes favoris vous ferait plaisir. C’est l'Ă©tĂ©, on a tous besoin d’un bouquin Ă  mettre dans le sac pour ces vacances au jardin.

In waves - AJ Dungo

In waves

Un roman graphique frais et beau. Une magnifique histoire de surf et de deuil. On y parle de comment supporter la perte d’un ĂȘtre qui nous est cher. Le surf comme mĂ©taphore. Les vagues vont et viennent, le but c’est de rester debout et de ne pas se laisser emporter. AJ Dungo intĂšgre intelligemment une petite histoire du surf dans l’histoire de sa relation avec Kristen et son combat du cancer.
Les couleurs sont celles de l’eau, de l’ocĂ©an mais aussi de la nostalgie. Son dessin vous emporte facilement dans les vagues.

Jours barbares - William Finnegan

Jours barbares

Une super biographie qui nous fait voyager de Ă  travers le monde. Une chasse aux vagues Ă  laquelle nous invite William Finnegan. Son portrait nous permet d’entrevoir une vie diffĂ©rente des envies standards de ce monde. Une vie pleine de passion racontĂ©e de maniĂšre intimiste. Une de ces histoires qui m’a tant donnĂ© envie de me lever tĂŽt, de mettre la planche sur la voiture et d’aller attraper des vagues. Le temps d’un livre, j’ai fait le tour du monde. MĂȘme si le monde a totalement changĂ© entre-temps. Je m’y suis vu. C’est ce genre de bouquin. On comprend pourquoi il a eu le prix Pulitzer. J’ai mĂȘme envie de le relire en français.

VoilĂ , c'Ă©tait court mais j’espĂšre toujours ne serait-ce inspirer que l’un de vous. Si vous me lisez :)

journal ✧ 1 aoĂ»t 2020

Se mettre Ă  l'eau

Une histoire de nose et de tail.

Yannick et Tom

J’en ai lu des livres d’ocĂ©an, de marĂ©es, de surf. J’ai admirĂ© les vagues de Tehaupoo et me suis quasi brĂ»lĂ© les pieds sur son sable. J’ai observĂ© depuis la cĂŽte ces hommes et femmes domptant les vagues, oĂč plutĂŽt des vagues laissant ces hommes et femmes glisser sur elles. Je m’y suis vu. J’en ai rĂȘvĂ©. Encore plus depuis que nous sommes installĂ©s si prĂšs de l’ocĂ©an. J’ai finalement enfilĂ© cette seconde peau de nĂ©oprĂšne. J’ai mis de la crĂšme solaire sur le nez, le visage et la nuque. Et je suis rentrĂ© Ă  l’eau avec cette board de 8 pieds.

Tout a commencĂ© samedi matin avec CloĂ© qui m’annonce que l’aprĂšs-midi, Tom et moi aurons notre premier cours au Dossen, avec l’Ă©cole de Surf du LĂ©on. Je suis nerveux mais surtout excitĂ© et impatient. Cette combinaison, je viens de la recevoir. Elle est comme neuve et je ne l’ai enfilĂ©e qu’une fois Ă  la maison pour l’essayer. Est-ce que j’aurais voulu attendre plus? Pas du tout, cela fait deux ans que j’attend ce moment.

On arrive au Dossen, j’enfile ma combi, je rencontre JB, il me tend une planche. Il nous donne les recommandations de base, nous explique les bases et nous laisse nous dĂ©brouiller Ă  l’eau. Je regretterai ne pas avoir pensĂ© Ă  la crĂšme solaire. On ne fait cet oubli que une fois.

Je dois avouer que ces deux premiĂšres sessions ont Ă©tĂ© plutĂŽt laborieuses. Je ne trouve pas toujours mon Ă©quilibre, mon corps fatigue, je bois la tasse. Mais une chose reste, l’envie de remonter sur la board. Je me lĂšverai quelques fois mais finirai assez vite sous l’eau. Qu'Ă  cela ne tienne, on reviendra vite.

Mercredi, les conditions sont top. J’ai pris ma matinĂ©e au boulot. Je ne veux pas rater ça. On est un plus petit groupe. On retourne Ă  l’eau. Je trouve mon Ă©quilibre et profite un max. J’arriverai Ă  bien prendre quelques belles vagues. Je ferai quelques beaux plongeons, et ferai rire CloĂ© qui verra ma planche s’envoler.

Tom progresse super bien. MĂȘme sans lunettes, je le vois glisser tranquillement debout sur sa planche. Il se retourne, je distingue un sourire de loin et je lui rĂ©pond, en tendant le pouce vers le haut. Il me dira le nombre de vagues prises. Monsieur a comptĂ©.

Quels moments. Je n’ai qu’une hĂąte, y retourner. Cinq leçons de prĂ©vues et on ne compte pas s’arrĂȘter lĂ . Je ne sais pas quelle sera la suite mais elle se passera clairement dans l’eau. Je vais devoir trouver une combi pour Tom, des planches en mousse pour nous deux. Trouvez des spots pour dĂ©butants, etc. N’hĂ©sitez pas Ă  partager vos recommandations sur đŸ„ Twitter ou autres.

Pour plus d’infos sur le Surf dans le LĂ©on:

journal ✧ 26 juin 2020

Café sur glace

Le printemps s’est bien installĂ©, le soleil est de retour. La saison des pieds nus a commencĂ©. Avec celle-ci, une de mes habitudes de beau temps. Une technique proche du coldbrew mais beaucoup plus rapide. Le Japanese iced coffee. Je ne suis pas sur du nom mais c’est souvent sur une telle dĂ©nomination que je l’ai vu. Perso, j’appelle cela le “pour over on ice”. Ca fait un peu plus Disney on Ice.

La recette

  • 200g de glaçons
  • 250g d’eau Ă  90C
  • 30g de cafĂ© moulu un peu plus finement que pour un pour over
  • Le matos de base, perso, c’est la kalita
  • Une envie de cafĂ© glaçé
preparation
  1. Mouillez le filtre au dessus de l'évier pour éviter de verser et chauffer votre récipient.
  2. Mettez les glaçons dans la jarre
  3. Faites votre technique favorite de pour over. Perso, 30sec de bloom avec environ 60g d’eau puis le reste doucement en petits cercles
  4. Écoutez les glaçons craquer pour vous
  5. DĂ©gustez
  6. Laissez les glaçons fondre, re dégustez
Le resultat

VoilĂ , c’est aussi simple. C’est un de mes plaisirs quotidiens durant le printemps et l'Ă©tĂ©. J’ai aussi ressorti ma Rancilio Silvia, attendez-vous Ă  une recette de glace au lait et une d’Affogato.

J’espĂšre que cette recette vous plaira. En parallĂšle, je refais du cafĂ© dans le van en chillant sur les cĂŽtes bretonnes quand c’est possible. Je vous en parlerai aussi bientĂŽt.

â˜•ïžđŸ§Š journal ✧ 25 mai 2020