Tour des lacs d’Ayous

Des moutons, un patou et de bien beaux paysages

vue du parking

Il est 6h30 du matin, on démarre pour le parking. Ce parking se remplit vite. Une garde nous a dit que pour avoir une chance d’y avoir une place, il fallait être là avant 8h. On a une bonne heure, ça va le faire.

Arrêt boulangerie, une dame n’hésite pas à se servir en attendant que la boulangère fasse nos sandwichs. Sans gêne. Apparement, elle va au même parking que nous. Une course poursuite sur les petites routes entre Arudy et Laruns s’entame. Cloé passe en mode Fast and Furious. Il semblerait que les places soient hautement convoitées et amènent les gens à perdre toute civilité. 8h05, arrivée à la barrière du parking, le garde nous laisse monter. C’est fait on est passé, on aura l’avant dernière place. Merci Karma.

On fait chauffer l’eau, on moud les grains, un bon café est nécessaire. Un petit déj copieux, pour nous préparer à cette randonnée, sera bien vite englouti. Il faut des forces, il paraît que ça grimpe. On a pris pas mal de dénivelé avec Tom cette semaine-là, cela ne nous fait pas peur. Nous avons surtout hâte. Seul bémol, on ne pourra pas passer le refuge avec Oggy. Le parc est interdit aux chiens. On fera donc un aller-retour.

cloe
Cloe et Tom
Tom

La vue depuis Edgar est déjà un vrai plaisir. On se met calmement en route jusqu’à un plateau magnifique où paissent des vaches. Une vue splendide avant de s’engoufrer dans les bois et suivre les cairns pour ne pas se perdre. En fait, on peut simplement suivre les randonneurs, ces chemins sont bien fréquentés en été. Beaucoup admirent ce petit bout de 5 ans qui les dépasse en montée, les salue et sourit.

Une fois sorti de la forêt, la vue est fantastique et le restera jusqu’aux lacs. On grimpe pour atteindre le premier des lacs, le Lac Roumassot relié par une cascade au second, le Lac du Miey. Une fois celui-ci passé, il ne faut pas beaucoup de temps pour arriver au majestueux Lac Gentau et son refuge. On arrive en même temps qu’un troupeau de moutons guidé par son patou, le chien qui guide et surveille le troupeau. Il nous passera autour, c’est un souvenir plutôt magique et impressionant. Le patou vient jouer avec Oggy au passage. Une fois cette marée de laine passée, on se pose dans la plaine, face à Jean-Pierre, le pic du Midi d’Ossau, pour casser la croûte. Des chevaux courent pour s’abreuver au lac.

6.jpg
moutons
moutons

On voit des gens replier leurs tentes ou se préparer pour un petit tour dans le coin à la sortie de leur bivouac. On papote avec un couple arrivé par le pic du Midi d’Ossau le jour avant. C’est leur jour de repos. Après leur description de la suite du tour, Cloé me persuade de finir la boucle seul pendant qu’elle redescendra avec Tom. On regarde la carte, sachant que je marche plus vite seul, on devrait arriver environ en même temps au bout de la boucle juste avant la forêt.

C’est parti, je passe le refuge, remplis ma gourde et grimpe pour pénétrer dans le parc National. Je laisse les lacs d’Ayous pour une succession de magnifiques petits lacs. Je croise des gens bien mieux équipés que moi pour observer la faune. Peut-être une autre fois. La flore et le paysage me suffisent pour cette fois. Un vrai plaisir que de marcher le pas léger dans un pareil lieu. Une fois le lac Bersau passé, je commence ma descente vers le plateau. Je me sens tel un bouquetin sautant de caillou en caillou, dévalant la pente avec une aisance qui m’était jusqu’alors inconnue. Je verrai plusieurs personnes s’y essayer et tomber.

refuge d'ayous
vue de la vallée
Jean Pierre
des marcheurs

Arrivé en bas, les jambes sentent la pente et je fais moins le fier. Encore heureux, c’est plat jusqu’au point de rendez-vous. Je verrai des porcs en liberté sur ce plateau. Tom ne me croira pas. En approchant du point de rendez-vous, je vois les gens assis au loin et je vois un petit gars me faire des grands signes. Ils sont arrivés avant moi, mais juste d’une dizaine de minutes. On reprend le chemin jusqu’à la crêperie du point de départ. Pas la meilleure pour un expatrié en Bretagne, mais elle sera satisfaisante après un tel moment. La mousse l’accompagnant passera toute seule.

Je me réjouis de le refaire avec Cloé, Tom et notre petite dernière. Pourquoi ne pas dormir au pied du refuge, plonger dans le lac au petit matin et repartir. Cette randonée mérite d’être refaite.

symbole du parc

Vous pouvez retrouver cette randonnée dans le guide de la microaventure par Les Others

vadrouilles ✧ 15 décembre 2019

🌱 Le printemps s'installe

Potager et balade dans les Roc'hs

🛶 Bivouac & Canoë

Un week-end au bord de la Loire